Gérard Maurin

Les harmoniques

 

​Concert littéraire​

Virginie Teychené

Marcus Malte

"Ce qui reste quand il ne reste rien : c'est ça,

les harmoniques..."

Davantage qu'une lecture musicale, c'est à un véritable concert littéraire que vous convie ce trio original et éphémère - ou pas.

Les mots de Marcus Malte, extraits de son roman "Les harmoniques", mis en bouche par l'auteur lui-même et accompagnés, portés,

soulevés à bout de voix et de doigts par ces deux magnifiques musiciens que sont Gérard Maurin et Virginie Teychené.

Du jazz, du vrai.

De Cole Porter à Miles Davis, de Coltrane à Mingus, de Lester Young à Billie Holiday : ils sont tous là. Qui rôdent entre les lignes, entre les pages, traînent leur blues aux côtés de Mister, de Bob, de Vera, personnages hantés et désenchantés, héros si humains de cette histoire. 

De la littérature, de la vraie.

Les deux univers se conjuguent, fusionnent, unis pour le meilleur et le meilleur. Le swing et la poésie, le rythme et l'émotion.

Une somptueuse ballade en noir. Un chant d'amour, poignant, dans lequel ces "voix chères qui se sot tues"

n'en finissent pas de résonner.

Crédit photo (M. Malte) : Philippe Matsas

Crédit photo (V. Teychené, G. Maurin) : Yves Colas